Le Blog Athlètes SNCF / Artak Margaryan : « SNCF me donne un nouvel elan »

Artak Margaryan : « SNCF me donne un nouvel elan »

Commentaires (0)

Artak Margaryan, double Champion de France de lutte gréco-romaine en -66 kg, est officiellement Athlète SNCF depuis le 30 juillet dernier. Agent Commercial Voyageurs à Paris-Est, il est revenu sur son parcours et ses attentes.

Artak, tu viens de rejoindre le dispositif Athlètes SNCF, que ressens-tu ?

« Je suis évidemment très content de signer cette CIP (Convention d’insertion professionnelle). Je considère que c’est une grande chance pour moi, à la fois sportivement et professionnellement. Je peux mener  deux carrières en parallèle et c’est un vrai soulagement pour préparer mes échéances sportives tout en me traçant un avenir professionnel. Je suis sincèrement reconnaissant envers SNCF de me faire confiance ! »

Concrètement, quelles sont tes attentes vis-à-vis de cette CIP ?

« Cela change beaucoup de choses. Sportivement, je peux m’entraîner sans avoir au fond de moi l’interrogation de ce que je ferai une fois ma carrière finie. Professionnellement, ce poste d’Agent Commercial Voyageurs me convient parfaitement car j’aime le contact client. Mon but est de redémarrer un projet professionnel, d’avoir un plan de carrière et de répondre aux attentes de mes managers. »

Tu rejoins SNCF, un grand groupe. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

« Vue de l’extérieur et en discutant avec d’autres sportifs de l’INSEP, je considère que SNCF est une entreprise qui donne une chance aux gens de réussir, quel que soit leur profil. Aujourd’hui, après avoir rencontré mes collègues, j’ai aussi le sentiment que c’est une grande famille, chaleureuse. J’ai été très bien accueilli et j’espère  ramener des médailles pour les en remercier ! »

Revenons à ton sport, comment as-tu découvert la lutte gréco romaine et qu’est-ce que tu apprécies dans cette discipline ?

« C’est une longue histoire… quand j’étais petit en Arménie, mon oncle était lutteur et a été Champion d’URSS dans les années 80. A l’époque c’était un honneur car le niveau était très élevé. Enfant, j’étais fan de ses oreilles en chou-fleur et j’ai demandé à avoir les mêmes. On m’a inscrit à la lutte, j’ai adoré et je ne l’ai jamais quittée ! C’est un sport où tu ne peux pas tricher. Il faut être fort physiquement,  c’est en même temps très technique, tactique et mental. Je trouve aussi que c’est une école de la vie et du respect. »

Quelles sont tes prochaines échéances sportives ?

« J’espère être prêt pour les Championnats du Monde de Las Vegas au mois de septembre (du 7 au 13) mais ce n’est pas gagné ! J’ai une douleur à l’épaule et, dans la lutte, c’est déjà dur quand tu es à 100%, alors si tu n’es qu’à 80%… Ce serait tout de même handicapant parce que Rio arrive vite et que chaque occasion de se rapprocher de la qualification est bonne à prendre. »

Pour l’anecdote, il paraît que tu parles plusieurs langues, c’est vrai ?

« Oui. Yes. Sí. Ja. Da… Donc, en effet, je parle cinq langues : le français, l’allemand, l’espagnol, l’anglais et le russe. »

Crédit photos : SNCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page