Le Blog Athlètes SNCF / Haby Niaré s’envole pour Rio, du chemin à parcourir pour Barclais et Maizeroi

Haby Niaré s’envole pour Rio, du chemin à parcourir pour Barclais et Maizeroi

Commentaires (0)

A moins de 10 mois des JO de Rio, nos trois Athlètes SNCF, Haby Niaré, Torann Maizeroi et Stevens Barclais avaient rendez-vous avec les meilleurs taekwondoïstes mondiaux à Manchester (Royaume-Uni). Ils comptaient profiter de cette compétition pour marquer un maximum de points dans la course à la qualification pour les JO de Rio.

Haby Niaré remporte l’or et son billet pour Rio
Blessée au cartilage du genou la veille du Grand Prix de Moscou fin août, Haby Niaré a fait son grand retour à la compétition lors de cet Open. Engagée en moins de 67 kg, l’Agent Commercial Voyageurs à Paris Saint-Lazare attaque la compétition face à la Turque Irem Yaman, 18 ans et Championne du Monde des -62 kg cet été. Rapidement menée 3-0, Haby se ressaisit lors du 2e round et assène un coup au visage qui lui permet d’inscrire 3 points et de recoller au score. Elle accélère ensuite  dans le dernier round avec un coup de pied en rotation qui lui donne un avantage définitif (7-3) et la qualifie pour le tour suivant. Pour ce quart de finale, se dresse face à elle l’Egyptienne Seham Elsawalhy qu’elle a fréquemment affrontée. Mise en confiance par son titre de Championne du Monde militaire le mois dernier, Elsawalhy se montre plus combative que d’habitude et pousse la Française dans ses retranchements. Sûre d’elle et de son plan de bataille, Haby finit par l’emporter 3-2. En demi-finale, elle affronte la Taïwanaise Chia Chia Cuang, Championne du Monde 2015. Un défi qui ne fait pas peur à Haby qui gère le score malgré un combat serré et garde l’avantage jusqu’au bout (3-2).

En finale, Haby Niaré doit faire face à sa bête noire : la Turque Nur Tatar qu’elle n’a jamais battue et qui l’a notamment dominée cet été aux Mondiaux et aux Jeux Européens. Consciente de son blocage psychologique, la Française décide d’adopter une stratégie plus offensive et prend les rênes du combat. Elle tente également de travailler au maximum avec sa jambe avant pour éviter que son adversaire ne puisse mettre en place son plan et parvient à toucher à deux reprises Tatar au corps. L’avantage est suffisant pour gagner 3-1 et remporter cet Open de Manchester.
« Je ne pensais pas me sentir si bien après mon absence et ma blessure. Cela m’a donné de la fraîcheur physique et mentale même si mon genou grinçait de plus en plus au fur et à mesure des combats. J’ai eu un parcours semé d’embûches et j’ai notamment battu ma bête noire. »

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Haby a désormais assuré sa qualification pour les JO de Rio. Pour le moment 2e au ranking olympique, elle est assurée de finir dans les 6 premières, qualifiées directement.
« C’est une grande fierté de pouvoir aller aux Jeux pour la première fois. C’est aussi une source de sérénité puisque je vais pouvoir les préparer pendant 10 mois. Mais je garde des objectifs élevés, je suis 2e au ranking et j’aimerais aller chercher la 1ère place pour bénéficier du meilleur tableau possible aux JO. Il est clair que je vais à Rio pour la gagne, y être c’est bien mais ce qui m’intéresse, c’est l’or ! »

Stevens Barclais change de posture
Stevens Barclais, qui vit une saison 2015 compliquée, a pris la décision avec son entraîneur de changer son approche des combats. D’ordinaire très agressif, très offensif, il a parfois subi le contrecoup de cette tactique en encaissant des contres de ses adversaires et a donc choisi d’appliquer une stratégie plus mesurée, faite de patience et de recul. Pour la première mise en œuvre de ce nouveau schéma, le Chargé de Communication de Paris Sud-Est hérite du redoutable Américain Mark Lopez, médaillé d’argent aux JO de Pékin en 2008, dans la catégorie des moins de 68 kg.
L’affrontement est équilibré entre les deux hommes et la posture plus attentive de Stevens porte ses fruits puisqu’il tient en échec son adversaire jusqu’à l’emmener au golden point*. Malheureusement pour le Français, il pense marquer sur un coup de poing d’attaque mais les juges ne valident pas l’impact et il se fait prendre en contre par Lopez qui remporte ainsi le combat (5-4).
« Je suis évidemment déçu de sortir au premier tour mais je reste très positif. J’ai bien appliqué la nouvelle tactique, j’ai mis en danger un très bon adversaire et je manque la victoire d’un rien. Le golden point ne me porte pas chance : c’est la 3e fois cette année que je perds un Open de cette façon, preuve que je ne suis pas loin. Après, j’ai conscience que j’ai des réglages à effectuer, on ne change pas de philosophie du jour au lendemain. J’ai besoin d’apprendre à me contenir, à moins m’engager mais, même si c’est un peu contre-nature, j’ai eu la preuve que c’est efficace. »

Fleizic, la bête noire de Torann Maizeroi
En manque de confiance et de repères suite à ses derniers combats, Torann Maizeroi ne repart pas de Manchester avec beaucoup plus de réponses. Opposé en moins de 80 kg au Serbe Damir Felizic, il connait un combat compliqué. Cet adversaire, qui l’a déjà battu au Grand Prix de Moscou au mois d’août, va lui faire vivre une copie conforme de leur dernier combat. Son attitude défensive et  calculatrice est en parfaite opposition avec le style agressif, puncheur et aérien de l’Agent de Sûreté à Paris Rive Gauche. Mené rapidement au score, Torann parvient à égaliser et se met à réfléchir sur la bonne tactique à mettre en œuvre et sur les enjeux du combat dans la perspective de Rio. C’est le moment que choisit le Serbe pour reprendre l’avantage et s’imposer (5-3).
« Je suis frustré parce que depuis plusieurs semaines, j’ai perdu mes sensations et mes jambes ne répondent plus. J’ai enchainé les compétitions toute l’année sans m’arrêter et en voulant combattre en moins de 74 kg, je m’étais astreint un régime épuisant. Il y a eu inconsciemment une usure mentale et physique. Aujourd’hui, j’ai décidé de passer à la catégorie supérieure (en moins de 80 kg) et je me suis senti mieux ici à Manchester. Je veux retrouver le Torann qui enchaine, retrouver mon style, mon explosivité, parce que ma motivation est intacte. »

Pour Stevens Barclais et Torann Maizeroi, la qualification pour les JO de Rio ne sera pas aisée. Leur ranking olympique ne leur permet pas d’accéder directement au sésame mais ils peuvent encore prétendre à une place à travers le tournoi de qualification européen au mois de janvier.

D’ici là, nos trois taekwondoïstes entendent briller devant leur public lors du Tournoi International de Paris le 14 novembre à Coubertin.

Rappel des règles de qualification olympique : les 6 premiers du classement olympique (classement prenant en compte l’intégralité des points marqués en compétitions internationales en 2015 et une pondération des points marqués en compétitions internationales entre 2012 et 2014) arrêtés à fin décembre 2015 qualifient un quota pour leur pays. Les pays peuvent obtenir un autre quota à l’occasion des tournois continentaux. Le tournoi européen qui se disputera les 16 et 17 janvier prochain attribuera deux quotas supplémentaires.

Rappel des règles de comptage des points au taekwondo
Un coup de pied porté à la tête rapporte 3 points, ou 4 points si le coup de pied utilisé est retourné
Un coup de pied ou de poing porté dans le plastron rapporte 1 point, ou 3 points si le coup de pied utilisé est retourné.

*Lorsque les deux adversaires sont à égalité au terme du temps réglementaire, le premier qui marque dans le golden score remporte le combat.

Crédits photos : FFTDA, SNCF

Interview Haby Niaré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 + = treize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page