Le Blog Athlètes SNCF / INTERVIEW RIO 2016 – Harold Corréa

INTERVIEW RIO 2016 – Harold Corréa

Commentaires (0)

Harold Corréa
Né à Epinay, le 26 juin 1988 (28 ans)
1,90 m pour 81 kg
Athlétisme, triple-saut
Club : Entente Franconville Césame Val-d’Oise
A intégré le dispositif Athlètes SNCF en juillet 2015.
Agent Commercial Voyageurs à Paris (Gare de Lyon).

Palmarès :
Champion de France en plein air en 2012 et 2015 et en salle en 2013
5e des championnats d’Europe en salle en 2013
9e des championnats du monde en salle en 2016
Records personnels : 17,08 m (en plein air) et 16,94 m (en salle)

- Quel est ton sentiment avant de participer aux JO ?
Je m’interdisais d’y réfléchir avant de participer aux Championnats d’Europe à Amsterdam. Maintenant j’y suis et je ressens une très grande fierté. Aller aux JO représente tellement de choses pour moi. C’est un accomplissement.

- Quel est ton objectif ?
Ce sera beau si je suis en finale. Je n’ai pas encore le sentiment d’avoir réalisé la compétition de ma vie. Ce sera peut-être à Rio…

- Comment s’est déroulée ta préparation ?
Je suis resté à l’INSEP, à domicile, pour travailler sereinement avec mon coach. J’ai accès à tout et j’y ai mes habitudes. Notre travail s’est basé sur des points spécifiques et nous avons eu le temps d’effectuer des séances techniques et individuelles qui, je l’espère, me permettront de gagner des centimètres.

- Qui sont tes principaux adversaires ?
Le concours du triple-saut sera très ouvert. Sur une compétition comme les JO, tout peut arriver.

- Pour toi, des JO réussis seraient… ?
Une belle finale. Figurer parmi les huit finalistes et viser la gagne…

- Comment appréhendes-tu le rôle de fer de lance du triple-saut tricolore après la blessure de Teddy Tamgho, forfait pour Rio ?
Je ne suis pas le seul et c’est surtout Benjamin Compaoré qui tient ce rôle de leader. Certes, je suis devant lui sur le bilan mondial, mais les compteurs seront remis à zéro et il possède une expérience des grands événements plus importante que la mienne. Cela me permet d’être dégagé de toute pression.

- Quels objets très personnels ne dois-tu pas oublier en partant au Brésil ? Un fétiche ?
Un chapelet. Je suis croyant et c’est important pour moi. Mais je ne veux pas non plus avoir trop de grigris, car le jour où on en oublie…

- Quel(s) livre(s) vas-tu emmener ?
Des biographies de personnalités célèbres qui sont récemment sorties.

- Quelle(s) musique(s) vas-tu emporter ?
C’est vraiment très varié. Ça va de la musique classique pour les moments de calme, à du rap français ou américain pour m’installer dans la compétition.

- Avec qui aimerais-tu faire chambre commune ?
Je le sais déjà, je serai avec Benjamin Compaoré. On s’entend très bien et c’est quelqu’un avec qui j’échange beaucoup. Il saura ainsi me donner les bons conseils pendant les Jeux.

- Quel(s) champion(s) rêves-tu de rencontrer ?
Le nageur américain Michael Phelps pour ce qu’il représente. J’aimerais bien aussi voir des basketteurs américains comme LeBron James.

- Quelles compétitions espères-tu aller voir ? Et pourquoi ?

Il y en a beaucoup. D’abord, la boxe, le taekwondo ou le judo, pour suivre des athlètes avec qui je partage beaucoup de choses à l’INSEP. Mais aussi le basket et le handball.

- Quel est le premier souvenir des JO gravé dans ta mémoire ?
Les quatre médailles d’or de Carl Lewis aux JO de Los Angeles en 1984. J’étais jeune, je ne pratiquais pas encore l’athlétisme, mais ma mère me parlait tout le temps de lui. Je n’oublie pas non plus la victoire d’Usain Bolt à Pékin, les bras levés avant la ligne d’arrivée.

- Quelle est l’image, dans l’histoire des Jeux, qui t’a le plus marqué ?
Les terribles décisions qui ont frappé Alexis Vastine à Pékin et à Londres (NDLR : Lors des deux dernières éditions des JO, le boxeur avait été éliminé par deux décisions controversées des arbitres), Ça m’a attristé. Je n’avais pas conscience que la boxe pouvait rendre des verdicts aussi injustes…

- Quel champion symbolise le mieux les Jeux olympiques selon toi ?
Usain Bolt, de très loin. Et aussi Michael Phelps..

Nous souhaitons une bonne préparation à Harold Corréa. Il débute la compétition le lundi 15 août (14H30 heure française) et espère participer à la finale le lendemain (14H30 heure française).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 + sept =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page