Le Blog Athlètes SNCF / Les athlètes SNCF brillent aux mondiaux de canoë

Les athlètes SNCF brillent aux mondiaux de canoë

Commentaires (0)

On attendait avec impatience ce troisième week-end de septembre qui marquait le point d’orgue d’une saison de C2* qui a tenu toutes ses promesses. Débarqués sur les rives du bassin olympique du Lee Valley White Water Centre,  après une préparation intense à Pau, les trois céistes SNCF Gauthier Klauss, Matthieu Pêché et Pierre Picco ont brillé à l’occasion des Championnats du Monde de canoë disputés à Londres. Le bilan pour nos trois champions est éclatant : une médaille d’argent, une médaille de bronze et un titre de Champions du Monde par équipe.

Mercredi 16 septembre, 10h30, le coup d’envoi de la première série de qualifications est donné. Nos trois français frappent un grand coup d’entrée de jeu. Appliqués et ne commettant aucune faute, les duos Klauss/Pêché et Picco/Biso font le plein de confiance et terminent respectivement en première et seconde position. Ils devancent les Britanniques Florence et Hounslow, qui leur ont donné du fil à retordre toute la saison et qui n’ont qu’un souhait : décrocher l’or devant leur public.
S’en suivent deux jours d’attente pendant lesquels la pression des demi-finales se fait ressentir. C’est  tout une saison qui s’y joue et il n’y aura d’autre option que de se hisser parmi les dix premiers pour accéder à la finale.

C’est à 10h le samedi 19 septembre que les hostilités sont lancées. Pour nos athlètes SNCF, la course parfaite du mercredi est déjà loin. Respectivement une et deux pénalités pour les duos Klauss/Peché et Picco/Biso  viennent compliquer une course qu’ils terminent à plus de 5 secondes des Britanniques Florence et Hounslow, encore eux ! Ce sont toutefois des précieuses 5ème et 9ème places que nos cheminots parviennent à accrocher. Le rêve de titre mondial est toujours à portée de vue.

Trois heures plus tard,  Pierre Picco et son acolyte Hugo Biso sont les seconds à s’élancer dans cette 36ème finale mondiale de l’histoire de la discipline. Les deux copains du sud-ouest, en toute décontraction, réalisent une course quasi parfaite et éclaboussent le bassin londonien de leur talent. Ils s’emparent de la première place provisoire, malheureusement jusqu’au passage des surprenants Allemands Anton et Benzien qui leur passent devant au classement général.
Galvanisés par la performance de leurs compatriotes et la magnifique ambiance qui règne à Londres, Matthieu et Gauthier s’élancent et réussissent à leur tour une descente de très haut-niveau. Les récents vainqueurs du classement général de la Coupe du Monde ne commettent aucune faute mais échouent finalement à une seconde de Pierre et Hugo, en troisième position.
Personne d’autre ne réussira par la suite à déloger les deux bateaux tricolores. Pas même les Britanniques, qui, partis les derniers et rattrapés par l’enjeu, commettent deux fautes et envoient tout droit les deux couples français sur le podium !

Le bonheur sera total un peu plus tard dans la journée pour Gauthier, Mathieu et Hugo, au moment de l’épreuve par équipe** qu’ils survolent et remportent haut la main. C’est un deuxième titre mondial consécutif pour les bleus qui vient clore des Championnats du Monde réussis.

« Nous avons abordé ces Championnats du Monde sans trop de pression, comme si nous n’avions rien à perdre. Nous voulions nous faire plaisir et nous sommes donc très heureux. Je dois avouer que nous ne nous attendions pas à faire une telle course en finale et à l’arrivée on n’en revient pas du chrono réalisé! Partager le podium avec Gauthier et Matthieu, et être une nouvelle fois sacré en équipe, ce n’est que du bonheur ! » Nous a confié Pierre Picco, Ingénieur d’études sur Ouvrages d’Art à la Direction de l’Ingénierie. Matthieu Pêché, Chef de Projet Marketing à Paris (tout comme Gauthier Klauss), est lui aussi revenu sur la joie d’un podium partagé avec Pierre Picco et Hugo Biso « On entame ces Championnats du Monde par une très bonne manche de qualification, pendant laquelle on navigue très proprement et l’on montre que les français sont prêts à en découdre. En demi-finale c’est plus compliqué, on est pénalisés par une petite touche. Lors de la finale, on essaye de tout lâcher, on a attendu toute la saison pour vivre ce moment. Les jurys nous attribuent une pénalité, puis finalement nous la retirent. C’est un soulagement de finir sur le podium, et un vrai bonheur d’y être aux côtés de Pierre et Hugo. »

Prochain rendez-vous pour les céistes, le test event*** sur le futur bassin olympique de Rio, fin novembre. Un avant-goût des jeux olympiques pour lesquels la qualification se jouera entre les deux équipages lors de sélections à Pau en avril prochain.

* Canoë biplace
** L’épreuve par équipe regroupe trois bateaux d’une même nation. Le chronomètre s’arrête une fois que le troisième bateau franchit la ligne d’arrivée.
*** Compétition qui se déroulera dans les mêmes installations que les Jeux Olympiques.

Crédits photos : SNCF // Bertrand Jacquot // Jan Homolka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 + = six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page