Le Blog Athlètes SNCF / Paul Henri De Le Rue : « Sotchi a été un accomplissement, un dépassement de soi, un combat… »

Paul Henri De Le Rue : « Sotchi a été un accomplissement, un dépassement de soi, un combat… »

Commentaires (0)

Rencontre avec Paul Henri De Le Rue,  4e de la finale du snowboardcross

Peux-tu nous raconter ce que tu as vécu à Sotchi ?

C’était un accomplissement énorme pour moi, une expérience forte parce qu’un mois avant j’étais dans le coma, j’aurais pu mourir et ça a été très dur. Je me suis battu comme un chien, de ma blessure jusqu’à Sotchi et ensuite de mes premiers entrainements à Sotchi jusqu’à mon run de finale. J’ai vraiment tout donné, le meilleur de moi-même. Je n’ai pas été le meilleur en finale mais je suis allé au bout de mon objectif et je suis très fier de ce que j’ai fait. 

Tu es passé tout près d’une médaille, tout s’est joué sur les derniers mètres de la course, mais sur le moment on n’a pas senti tant de déception de ta part…

Vous savez l’engouement autour de la médaille, ce sont surtout les politiques et les média mais pour moi le sport ce n’est pas une médaille, c’est un accomplissement, un dépassement de soi, un combat, une aventure humaine et le résulat en tant que tel ce n’est que des paillettes. Mon but ce n’est pas d’écraser les autres mais d’apprendre à me connaître et à me dépasser, à me battre tout simplement.

On sait que physiquement tu n’étais pas au top, qu’est-ce qui t’a permis d’aller aussi loin ?

J’étais déterminé, j’étais lucide, j’ai fait les choses étape par étape en essayant de me servir de mon expérience. Ça va faire quand même 13 ans que je suis sur le circuit, donc je m’en suis servi et j’ai tout donné pour arriver au top le jour J et c’était vraiment mon objectif personnel .

On comprend les efforts que tu as fournis pour être à ce niveau à Sotchi. Quelle est la suite pour toi ?

Je vais pour l’instant mettre entre parenthèses le snowboardcross jusqu’à la fin de la saison parce que je ne veux pas retaper ma tête. Du coup, j’organise des séjours chez moi dans les Pyrénées pour faire découvrir le meilleur du ski et de ma gastronomie. A côté de ça, j’ai des missionsde communication en cours pour SNCF. Je vais également intervenir dans quelques écoles de commerce à Toulouse pour parler de mon expérience et en faire profiter aux étudiants, cela va permettre de faire des liens entre le monde du sport et le monde de l’entreprise.

Un petit mot pour les cheminots qui t’ont suivi ?

Je remercie les cheminots pour tout le soutien que j’ai depuis 2010. C’est quelque chose qui m’a beaucoup touché.  J’y ai appris un métier, découvert l’environnement d’une grande entreprise, j’apprends énormément grace à eux. J’irai même plus loin : sans SNCF je n’aurais jamais pu continuer ma carrière sportive. Je suis extrèmement reconnaissant et je m’éclate dans toutes les actions que je fais avec ce groupe.

 

© FIS/Oliver Kraus

Paul-Henri De Le Rue en intimité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 − six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page