Le Blog Athlètes SNCF / Sylvain Dufour : «Tirer les leçons de Sotchi»

Sylvain Dufour : «Tirer les leçons de Sotchi»

Commentaires (0)

Rencontre avec Sylvain Dufour,  éliminé en 1/8e de finale du slalom parallèle et du slalom géant parallèle

Tu as quitté Sotchi avec deux 1/8e de finale. Quel sentiment reste-t-il ?

Je suis toujours un peu déçu, mais ça fait partie du jeu. On est quand même dépendant de beaucoup de critères : la neige, le tracé, si c’est tournant, droit… Et malheureusement il n’y avait pas grand-chose de réuni pour moi alors que pour certaines personnes comme Vic Wild c’était parfait. Sur cette piste, il fallait faire des appuis très courts et très puissants alors que moi, j’ai plutôt des appuis longs qui génèrent de la vitesse essentiellement sur un tracé tournant. Donc, ce n’était pas forcément à mon avantage comme ça a pu l’être tout au long de la saison où les critères jouaient plus en ma faveur.

Peux-tu nous en dire plus sur ce problème de tracé ?

Le tracé droit, je m’entraine dessus de temps en temps parce qu’on sait que c’est un de mes points faibles, mais un tracé droit plus de la glace, on a rarement ça sous les pieds, sauf ici, à Sotchi… C’était pareil à Vancouver donc il va falloir s’entrainer un peu plus sur la glace et sur des tracés un peu plus directs où la technique parle un peu moins et l’engagement prime davantage. Le problème c’est que dans cette configuration on retrouve beaucoup plus de concurrents qui sont là pour être « full gaz, full power ». Il n’y a pas de secret, je vais devoir bosser plus. Je fais un sport d’extérieur et je dois prendre en compte tous les paramètres qui vont avec et comme je dis souvent « quand on est bon, on est bon partout ».

Tu as fait une très belle saison, tu as remporté le Globe de Cristal, est-ce que ça n’a pas rajouté un peu de pression ? Etais-tu devenu l’homme à battre ?

Non je ne l’ai pas ressenti comme ça. C’est vrai que je fais une belle saison, j’ai gagné le Globe en slalom mais je n’ai pas envie de dire que j’étais l’homme à battre puisque ça s’est mal passé aussi pour Lukas Mathies qui a gagné le Globe de géant. Tous les riders qui sont un peu techniques, qui aiment bien tourner ont été pénalisés à Sotchi. Après, ce qui m’a peut-être fait le plus de mal, c’est de gagner la dernière course avant d’aller à Sotchi et ça m’a peut-être mis trop en confiance.

Est-ce que Sotchi t’a permis encore de progresser ?

C’est quand même une leçon et une leçon est toujours bonne à prendre. J’ai jamais mis les échecs de côté au contraire, j’ai toujours voulu les travailler au corps. Par contre, je suis rarement dans le passé et, par conséquent, j’évolue vite vers l’avant sans trop regarder derrière. En revanche, il ne faut pas oublier d’où l’on vient et ce qu’on a fait, ça aide à tirer les leçons de ses erreurs.

Quel est ton programme pour les prochaines semaines ?

Il me reste les Championnats de France, le 3 avril à Val Thorens et ensuite, je passerai un peu de temps sur la neige pour moi. Il me reste quelques compétitions non officielles qui auront lieu en Autriche, mais ce sera plus de l’exhibition que de la compétition.

Quand est prévu ton retour en Gare de Strasbourg où tu es agent commercial voyageurs ?

Je reprends mon poste le 15 avril comme chaque année. J’ai également envie de faire le point avec les RH pour réfléchir à mon avenir professionnel. Tout se passe vraiment bien à Strasbourg avec mes dirigeants et je me poserai avec eux plus sérieusement. Ils me connaissant très bien, ils savent où je dois aller, ce que je dois faire et j’ai entièrement confiance en eux pour me diriger en conséquence.

Au passage, je remercie les collègues de m’avoir suivi, de s’être levés le matin pour me regarder chuter (rires) mais je leur promets de me battre encore, d’aller chercher les Championnats du Monde l’année prochaine et, si tout va bien, une médaille à Pyeongchang, en Corée du Sud, dans 4 ans.

 

© FIS/Oliver Kraus

Sylvain Dufour en intimité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 1 = trois

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page