Le Blog Athlètes SNCF / Un bilan contrasté pour les rameurs SNCF à Aiguebelette

Un bilan contrasté pour les rameurs SNCF à Aiguebelette

Commentaires (0)

C’est une date qu’ils avaient cochée dans leur agenda dès le début de saison. Pour les 4 rameurs Athlètes SNCF, Cédric Berrest, Germain Chardin, Sébastien Lenté et Jean-Baptiste Macquet, les Championnats du Monde avaient une importance particulière cette année. D’abord parce qu’ils se déroulaient en France, sur le Lac d’Aiguebelette en Savoie, un plan d’eau qu’ils connaissent par cœur pour l’arpenter fréquemment lors de stages. Ensuite, parce qu’à un an des JO, l’enjeu était de réussir à qualifier les bateaux pour espérer être au départ à Rio. Au milieu des 1 200 rameurs issus de 70 nationalités et des nombreux fans, famille, amis, venus les encourager, nos rameurs ont connu des fortunes diverses.

Germain Chardin qualifie son bateau pour les JO de Rio.

En deux sans barreur, les espoirs de médaille reposent sur les épaules de Germain Chardin et de son coéquipier Dorian Mortelette, vice-champions olympiques à Londres en 2012. Alors qu’ils bouclent leur série en 3ème position puis confirment lors des quarts de finale en terminant en tête grâce à une fin de parcours très convaincante, la suite de l’aventure savoyarde s’avère plus compliquée.
En demi-finale, le Cadre Commercial Voyageurs de Nancy et son équipier voient leur rêve de médaille s’effondrer : ils sont en 5ème  position après les premiers 500m et, malgré leurs efforts, ne réussissent pas à rattraper leur retard et franchissent la ligne d’arrivée, derrière les Britanniques, les Australiens et les Néerlandais. Non qualifiés pour la finale A*, le duo sait qu’il doit vite digérer la déception pour qualifier le bateau pour Rio en terminant dans les cinq premiers de la finale B. Deux jours plus tard, c’est chose faite, Germain et Dorian franchissent la ligne d’arrivée juste derrière le duo sud-Africain Keeling – Hunt.
Une belle consolation tout de même pour les vice-champions d’Europe 2015, comme l’exprime Germain Chardin : « Cette deuxième place en finale B qualifie la coque pour les Jeux de Rio, mais nous n’étions pas venus chercher cela. Elle conclut des Championnats du Monde moyens. Je ressens une grosse déception mais nous sommes déjà passés par là, ce qui ne nous a pas empêchés de réussir de belles choses derrière. On va maintenant retourner à l’entraînement, pour retrouver notre ligne de conduite. Nous aurions aimé pouvoir satisfaire le public et l’organisation. Pour comprendre les raisons de cette contre-performance, on doit se poser les bonnes questions, prendre le temps de murir les réponses et être bon dans l’analyse »

Le huit de Berrest et Lenté, pas encore qualifié pour Rio, malgré de belles courses.

La tâche s’annonçait plus délicate pour le huit français où figurent Sébastien Lenté, Chef de Projets à l’Infrapôle de Nancy, et Cédric Berrest, Correspondant Environnement à l’Infralog de Toulouse. Au moment de monter dans le bateau pour disputer les séries, les huit rameurs n’ont qu’un objectif, réaliser une course d’exception devant le public français et terminer à la première place, synonyme de qualification immédiate pour la grande finale.
Opposés à de redoutables adversaires, notamment l’Allemagne, les Etats-Unis et la Pologne, les Bleus montrent de belles choses et terminent à une prometteuse 4ème place. Obligés de passer par les repêchages pour accéder à la finale A, ils doivent à nouveau prendre une des deux premières places. Dès les premiers coups de rame, le huit tricolore perd du terrain et, 4ème à mi-parcours, il ne parvient pas à combler son retard. Pas de finale A donc et pas de qualification pour Rio. Tout n’est pas fini cependant, puisqu’ils auront encore la possibilité de se qualifier lors de la régate de Lucerne du 22 au 25 mai 2016. « Aux repêchages nous terminons 4ème, loin des deux places qualificatives pour la grande finale. Nous n’avons pas été capables de faire la même course que les Italiens ou les Russes. Pour notre dernière course, nous avons essayé d’exister et de nous battre jusqu’au bout. Finalement nous avons craqué et terminons une nouvelle fois 4ème. Au-delà du résultat, il faut retenir l’aventure. Nous avons tous travaillé très dur que ce soit les athlètes ou les entraineurs. Et puis se retrouver sur un bassin aussi magnifique chez nous, devant notre famille et notre public c’est juste extraordinaire. Les gens étaient à fond derrière nous, même l’organisation nous encourageait discrètement. La fin est cruelle mais c’est le sport de haut niveau. Pas de « Happy End » comme dans les contes mais l’aventure humaine aura été fabuleuse. Pour la suite on verra plus tard. »

11ème finale mondiale pour Jean-Baptiste Maquet.

Jean-Baptiste Macquet, Agent Commercial Voyageurs à Nancy réussit quant à lui, un très beau parcours lors de ces Championnats du Monde. Alignés en deux avec barreur* (discipline non olympique) aux côtés de Romain Delachaume et Benjamin Manceau à la barre, Jean-Baptiste termine troisième de la série.
Obligé de passer par les repêchages, le trio doit finir dans les quatre premiers. Sur l’eau, les six équipages se rendent coup pour coup. Dans une course endiablée, le bateau français s’accroche et réussit à arracher la dernière place qualificative. Pour Jean-Baptiste et ses camarades, le contrat est rempli et le reste n’est que du bonus.
Face aux équipages sud-africain, biélorusse, anglais, allemand et serbe, les trois Français font figure d’outsiders et n’ont qu’une envie, représenter la nation. Au bout des 2000m de course, pas de médaille pour l’équipage tricolore qui termine 6ème mais la fierté d’avoir tout donné devant un public acquis à leur cause.
« Avec Benjamin et Romain nous terminons au 6ème rang mondial en 2+. C’est un résultat inespéré vu le profil de ma saison perturbée par une blessure au soir des Championnats de zone. J’’ai ensuite été testé en 4 aux Europe puis en 8 à Lucerne suivi d’un test ergomètre** en entrée de stage terminal avec l’équipe de France. Je vais enfin pouvoir souffler quelques jours pour remettre mon corps d’aplomb avant une saison qui s’annonce riche et difficile »

Après un repos bien mérité, nos quatre rameurs SNCF reprendront le chemin de l’entraînement en vue de l’ouverture d’une saison 2015/2016 qui s’annonce très excitante et qui débutera par les Têtes de rivières de zones les 7 et 8 novembre prochains.

* Pour accéder à la finale A, il fallait terminer dans les 3 premiers lors de la demi-finale.
** Il s’agit d’un test où 4 rameurs doivent effectuer la même distance le plus rapidement possible.

 

Crédits photos :SNCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
Voir le haut de la page